L’édito d’Erwan Quinio · Que l’été profite à tous pour réfléchir sur l’Europe

L’édito d’Erwan Quinio · Que l’été profite à tous pour réfléchir sur l’Europe

Erwan Quinio

Erwan Quinio

Erwan Quinio est le fondateur de l'association pro-européenne "Génération 112". De 2011 à 2014 il anime en partenariat avec Euradionantes l'émission « Est-Ouest, Balle au Centre », une émission bi-mensuelle qui revient sur un thème d’actualité grâce à des invités au cœur des grands débats de la société européenne.

L'édito d'Erwan Quinio · Que l’été profite à tous pour réfléchir sur l’Europe

Dans les partis politique, c’est un début du remue-méninge. Après Valérie Pécresse et son parti Libre qui a planché sur le sujet, c’était le tour du maire de Nice Christian Estrosi de communiquer un début de programme pour les européennes. « La France audacieuse », c’est le nom de son club de réflexion présentait hier sa copie. 15 propositions. Au cœur de leurs préoccupations : renforcer le rôle des acteurs locaux dans le processus décisionnel européen. Ainsi souhaitent-ils faire du Comité des Régions une nouvelle chambre des territoires, créer  un dialogue permanent entre les élus européens et les territoires. Deuxième axe : mettre un stop à la surtransposition des directives et normes européennes.

 

Chose assez peu commune à Droite, Estrosi et ses amis proposent que toutes les décisions passent par un vote à la majorité qualifiée et que l’on en finisse avec l’unanimité. L’on sait que sur les questions sociales ou fiscales, cela aiderait à avancer. C’est un pas assez fort en faveur de l’Europe qu’ils veulent compenser avec un renfort de la subsidiarité.

 

Enfin sur l’Immigration, ces élus prônent un passeport biométrique européen, un renforcement des effectifs de Frontex qu’ils pensent pouvoir financer par une taxe sur les demandes de Visa.

 

Comme vous le rappelez, la Présidente de Région d’ïle-de-France Valérie Pécresse a déjà présenté son projet. C’était mi-juin sous la forme d’un cahier. En filigrane, c’était une attaque plutôt frontale et pour tout dire l’opposé de la vision de Laurent Wauquiez. Elle y dézingue le rétrécissement de l’Europe à 12. « Une idée dangereuse, irréaliste » « On n’efface pas d’un coup de menton plusieurs décennies de construction européenne » dit-elle. Mais en quoi son cahier se distingue réellement au niveau de ses propres propositions ?

 

Il y a bien deux droites. Et Valérie Pécresse aura au moins eu le mérite des mettre les pieds dans le plat. Elle propose la création d’un titre de transport permettant à tous les jeunes de voyager gratuitement en train durant un mois l’année de leur 18 ans. La généralisation de l’Exit Taxe pour remédier à l’optimisation fiscale à nos frontières. Elle met en avant la lutte sans concession contre le dumping fiscal, social ou environnemental entre les Vingt-Sept, plaidel’ouverture enfin réciproque des marchés. D’ailleurs, en ce même domaine, les entreprises étrangères condamnées pour vol de propriété intellectuelle se verraient interdire l’accès aux marchés publics européens. Enfin la présidente de Région affirme indispensable une Europe de la défense à laquelle chaque Etat devrait obligatoirement contribuer. Dans son parti, on l’accuse de jouer en solo, d’avancer ses pions au détriment de l’intérêt général du parti. Mais disons-le, pour la richesse du débat européen, tout ceci va dans le bon sens. C’est l’absence d’idées et de propositions le plus grand risque que court l’Union européenne.

 

Réunie en Conseil national, l’Europe sera à l’agenda de ce samedi pour la Droite française. Que doit-on y attendre ? Un face-à-face désordonné à couteaux tirés ou un brain-storming et un remue-méninge utile à Droite ? 

 

Oui, Les Républicains se retrouvent samedi à Menton dans les Alpes-Maritimes. A 7km de Monaco, la ville a sans doute été choisie pour sa proximité de la frontière italienne. On peut déjà y voir un message.

Dans le Parti, le sujet européen clive plus que jamais. C’est donc peu dire que l’événement aura valeur de test. A quelques mois des européennes, il s’agira de savoir si un corpus commun peut encore émerger. Rien n’est moins sûr. Mais ce matin, savourons l’essentiel. Les partis politiques sont au travail et c’est l’Europe qui est la matière principale. Espérons que tous s’y mettent ; L’Eté arrive ; Qu’ils profitent de ces semaines pour réussir leurs cahiers de vacances européens. Car en Septembre, ce sera déjà l’heure des grandes explications. Et en mai 2019, les examens électoraux !

Leave a Reply

Your email address will not be published.